Créations collaboratives


Expo planéTerre est la présentation d'un projet collaboratif et artistique évoluant au fil des années. 

Il utilise principalement les arts visuels pour rendre hommage à la résilience du vivant.

Trois vastes thèmes vont être progressivement interprétés : Disparition des espèces - L'entraide, l'autre loi du vivant - Transition et résilience.


Comme son nom l'indique l'exposition est réparti sur l'ensemble de notre planète.

Réalisée individuellement ou collectivement, chaque oeuvre engagée fait doublement sens du fait de son emplacement choisit sur le globe terrestre. 

Ces oeuvres sont réalisées par des femmes et des hommes qui pratiquent les arts visuels pour le plaisir. Le projet a débuté le 1er août 2018 (1)


Exceptionnellement Expo planéTerre peut également se décliner en une exposition itinérante, en plein air, dans un lieu culturel ou tout autre espace. L'occasion de voir les croquis et maquettes préparatoires de la démarche toujours en évolution pour les dix années à venir et au-delà.


Si l'art contemporain est plutôt timide à traiter des problématiques environnementales, ce n'est pas le cas d'Expo planéTerre.

Les auteurs de l'ensemble des représentations proposées sont tous des amateurs éclairés, sans attaches marchandes. Ils défendent une représentation artistique en résonance avec notre époque.

Une façon d'habiter le monde malgré le monde.



Le projet a été initié en 2018 par l'artiste normand Hervé Delamare.

Expo planéTerre évolue mois après mois, sous la direction et les conseils artistiques du plasticien.

Contact et renseignements : 06 30 26 53 48   Son site internet




(1)  Date selon Global Footprint Network, où les pays les plus riches ont déjà employé et consommé la totalité des ressources naturelles renouvelables de notre biosphère - bois, poisson ...)  

En France, le jour du dépassement a lieu en avril, ce qui veut dire que si la population mondiale vivait et consommait comme nous le faisons en France, nous aurions consommé l’intégralité des ressources que la Terre est capable de régénérer en une année… en moins de 5 mois ! L’épuisement des ressources n’est pas lié seulement au nombre d’habitant sur Terre, mais est en grande partie causé par leur mode de vie. 



 Pour comparaison : le 9 février 2018 un habitant du Qatar avait consommé l’intégralité de ses ressources pour l’année, un habitant du Maroc est quant à lui presque à l’équilibre avec pour jour de dépassement le 17 décembre, alors que d’ici la fin de l’année un Zimbabwéen ne consommera que 0,65 de ses ressources planétaires. Il y a également des ressources recyclables ou partiellement recyclables MAIS non renouvelables comme LES MÉTAUX. Il y a bien entendu les ressources non renouvelables comme le charbon, le pétrole. Non renouvelable signifie bien : perdu à jamais après utilisation ! C'est pourquoi dans certains pays le pouvoir législatif s'organise afin que des outils législatifs puissent "trainer en justice" les États ou les entreprises qui favorisent l'écocide du vivant. De très nombreuses actions et alternatives émergent partout. Elles sont plus ou moins vertueuses et souvent peu relayées par les médias dominants. Dans certaines parties du monde des utopies d'hier sont déjà des réalités. De nouvelles utopies émergent également comme : Des cotas sur la surconsommation - La gratuité pour l'indispensable - Le salaire maximum - Une taxe sur les algorithmes et la robotisation - Le boycotte du non éthique - L'abolition de la spéculation sur les ressources vitales ...